Le contrat de professionnalisation : enquête nationale sur l’insertion 2014

05/03/2015 20:02

Le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP) a réalisé en 2014 une enquête portant sur l’ampleur de l’insertion après un contrat de professionnalisation et sur la qualité du parcours de l’alternance.
Les premiers résultats, publiés le 5 mars 2015, indiquent que les principaux pourvoyeurs d’information sur le contrat de professionnalisation sont les relations personnelles (34 %) et Internet (31 %) loin devant les structures d’informations (missions locales : 13 % ; CIO : 2 %..).
58% des bénéficiaires avaient d’abord trouvé l’organisme de formation avant la signature du contrat de professionnalisation et 42% l’entreprise. Quasiment la moitié des bénéficiaires a trouvé l’entreprise par candidature spontanée (29 %) ou par son propre réseau (25 %). 24 % d’entre eux par l’intermédiaire de l’organisme de formation.

La quasi totalité des bénéficiaires jugent satisfaisant la durée du contrat, de même que le rythme de l’alternance et l’accueil et l’accompagnement en entreprise. En revanche, ils sont un peu moins satisfaits en matière de coordination : notamment la relation entre l’entreprise et l’organisme de formation et dans le rapport entre la mission en entreprise et la formation suivie.

76% des bénéficiaires ont moins de 26 ans, 16% ont entre 26 et 34 ans et 8% ont 35 ans et plus. Le taux d’insertion dans l’emploi est de 75% pour les moins de 26 ans, 76% pour les 26-34 ans et de 73% pour les 35 ans et plus. A noter la forte proportion de moins de 26 ans à poursuivre une autre formation après le contrat de professionnalisation.

58% des bénéficiaires préparent un diplôme ou un titre inscrit au RNCP, 12% un CQP et 23% une qualification reconnue dans les classifications de convention collective. Pour 62% des bénéficiaires, le contrat de professionnalisation permet d’acquérir une expérience professionnelle ; l’acquisition d’une qualification professionnelle reconnue n’intervenant qu’en seconde position.

Le taux d’insertion à 6 mois des bénéficiaires d’un contrat de professionnalisation est de 75%.
Les secteurs du transport, de l’information et communication, et des activités spécialisées, scientifiques et techniques ont un taux d’insertion nettement supérieur à la moyenne. La qualité de l’accompagnement de l’entreprise porteuse du contrat semble avoir une influence majeure sur l’insertion. Par exemple dans l’agriculture et le transport, la qualité de l’accueil, de l’accompagnement et du tutorat, qui apparait très élevée, joue un rôle déterminant dans les résultats positifs de ces deux secteurs en matière d’insertion. 

Après le contrat de professionnalisation 68% des bénéficiaires en emploi sont en CDI, 90% travaillent à temps plein, 86% jugent que l’emploi occupé 6 mois après le contrat de professionnalisation correspond à la formation suivie, 63% sont dans la même entreprise que celle du contrat de professionnalisation, 81% travaillent dans le même secteur d’activité que durant le contrat de professionnalisation. Plus de la moitié des bénéficiaires en emploi après le contrat de professionnalisation occupe seulement 5 groupes métiers : professions intermédiaires administratives et commerciales (25%) ; employés civils de la fonction publique et santé (9%) ; employés de commerce (9%) ; employés des services aux particuliers (7%) ; ouvriers qualifiés de l’industrie (7%).